Quelques blogs BD sympas

En parlant avec quelques collègues, je me suis rendu compte qu’aucun d’entre eux ne consultaient régulièrement de blogs BD. Pourtant, lorsque je leur en ai montrés quelques uns, ils sont tout de suite devenus adeptes!

D’où ce billet dans lequel je vais vous présenter ceux que je consulte régulièrement:

  1. Boulet. Le blog BD incontournable.L’auteur dépose sur son blog des « notes », des planches d’une page (parfois un peu plus) racontant des anecdotes sur sa vie quotidienne. C’est souvent très amusant, parfois avec en prime une touche de philosophie. L’auteur teste des styles graphiques variés,  le résultat est généralement réussi. A consulter une fois par semaine.
  2. Martin Vidberg. Ce professeur des écoles décrit l’actualité, à raison d’ environ une bulle comique par jour. Simple et efficace! Le style graphique est en lui même très amusant: tous les personnages ont des formes de pomme de terre, de « patate ». Chaque personnalité (Show-business ou politique) a ainsi sa caricature « patatisée ». A consulter une fois par jour.
  3. Marion Montaigne. Cette blogueuse, dans son blog « tu mourras moins bête », nous explique la science au travers d’un personnage loufoque,  le professeur moustache (qui est une fille à moustache). A partir de planches amusantes, il est ainsi possible d’apprendre des choses très intéressantes. L’auteur se déplace souvent pour rencontrer des chercheurs sur leurs lieux de travail, et les sources sont toujours citées dans ses billets. On ne peut que regretter la faible fréquence des parutions! A consulter une fois par mois.
  4. Navo. Ce mec est à l’origine de la plus grosse arnaque du business de la BD de ces dernières années. Et il s’en vante. Il a inventé la bande pas dessinée (BPD pour les intimes), c’est à dire une bande dessinée sans… dessin! Seulement des bulles, sur 3 cases. Le concept peut paraître con, pourtant le résultat est souvent très drôle. Toutefois très hard (âmes sensibles s’abstenir). A noter que l’auteur fait aussi partie d’un groupe de stand-up (à la Jamel Comedy Club), nommé le Bordel Club, qui vaut le détour tous les lundis soir dans Paris!

Voilà, si vous connaissez vous aussi des blogs BD à découvrir, j’en suis preneur dans les commentaires! 🙂

Cinéma: Les meilleurs répliques de film



Maximus: [removes helmet and turns around to face Commodus] My name is Maximus Decimus Meridius, commander of the Armies of the North, General of the Felix Legions, loyal servant to the true emperor, Marcus Aurelius. Father to a murdered son, husband to a murdered wife. And I will have my vengeance, in this life or the next.

Maximus: What we do in life echoes in eternity.

Maximus: At my signal, unleash hell.

Juba: And now we are Free. I will see you again… but not yet… Not yet!

Robins des Bois, Prince des Voleurs

Robin des Bois, Prince des Voleurs
Robin des Bois, Prince des Voleurs

Marian: How is it, that a once-arrogant young nobleman has found contentment, living rough with the salt of the earth?
Robin Hood: I’ve seen knights in armor panic at the first hint of battle. And I’ve seen the lowliest, unarmed squire pull a spear from his own body, to defend a dying horse. Nobility is not a birthright. It’s defined by one’s actions.

Azeem: Is she worth it?
Robin Hood: Worth dying for.

Azeem: Why did you cut me free, Christian?
Robin Hood: Whatever blood is in your veins, no man deserves to die in there.

Azeem: A wise man once said: « There are no perfect men in the world; only perfect intentions. »

[after Robin defeats Little John, and asks for his father’s medallion back]
Little John: Give me your name first.
Robin Hood: Robin of Locksley.
[the camera shifts to Will Scarlet, whose face suddenly clouds over]
Little John: Well, Robin of Locksley, you’ve got balls of solid rock.

The Matrix


Agent Smith: I’d like to share a revelation that I’ve had during my time here. It came to me when I tried to classify your species and I realized that you’re not actually mammals. Every mammal on this planet instinctively develops a natural equilibrium with the surrounding environment but you humans do not. You move to an area and you multiply and multiply until every natural resource is consumed and the only way you can survive is to spread to another area. There is another organism on this planet that follows the same pattern. Do you know what it is? A virus. Human beings are a disease, a cancer of this planet. You’re a plague and we are the cure.

Cypher: I know what you’re thinking, ’cause right now I’m thinking the same thing. Actually, I’ve been thinking it ever since I got here: Why oh why didn’t I take the BLUE pill?

Tank: So what do you need? Besides a miracle.
Neo: Guns. Lots of guns.

American History X

American History X
American History X

Danny Vinyard: So I guess this is where I tell you what I learned – my conclusion, right? Well, my conclusion is: Hate is baggage. Life’s too short to be pissed off all the time. It’s just not worth it. Derek says it’s always good to end a paper with a quote. He says someone else has already said it best. So if you can’t top it, steal from them and go out strong. So I picked a guy I thought you’d like. ‘We are not enemies, but friends. We must not be enemies. Though passion may have strained, it must not break our bonds of affection. The mystic chords of memory will swell when again touched, as surely they will be, by the better angels of our nature.’

Eternal Sunshine of the Spotless Mind

Eternal Sunshine of the Spotless Mind
Eternal Sunshine of the Spotless Mind

Clementine: I wish you’d stayed.
Joel: I wish I’d stayed, too. NOW I wish I’d stayed. I wish I’d done a lot of things. I wish I’d… I wish I’d stayed… I do.

Fight Club

Fight Club
Fight Club

Narrator: This is your life and it’s ending one minute at a time.

Tyler Durden: You’re not your job. You’re not how much money you have in the bank. You’re not the car you drive. You’re not the contents of your wallet. You’re not your fucking khakis. You’re the all-singing, all-dancing crap of the world.

Tyler Durden: Welcome to Fight Club. The first rule of Fight Club is: you do not talk about Fight Club. The second rule of Fight Club is: you DO NOT talk about Fight Club! Third rule of Fight Club: if someone yells « stop! », goes limp, or taps out, the fight is over. Fourth rule: only two guys to a fight. Fifth rule: one fight at a time, fellas. Sixth rule: the fights are bare knuckle. No shirt, no shoes, no weapons. Seventh rule: fights will go on as long as they have to. And the eighth and final rule: if this is your first time at Fight Club, you have to fight.



Mark « Rent-boy » Renton: I don’t feel the sickness yet, but it’s in the post. That’s for sure. I’m in the junkie limbo at the moment. Too ill to sleep. Too tired to stay awake, but the sickness is on its way. Sweat, chills, nausea. Pain and craving. A need like nothing else I’ve ever known will soon take hold of me. It’s on its way.

Mark « Rent-boy » Renton: We would have injected vitamin C if only they had made it illegal!

Mark « Rent-boy » Renton: [narrating] Choose Life. Choose a job. Choose a career. Choose a family. Choose a fucking big television, choose washing machines, cars, compact disc players and electrical tin openers. Choose good health, low cholesterol, and dental insurance. Choose fixed interest mortgage repayments. Choose a starter home. Choose your friends. Choose leisurewear and matching luggage. Choose a three-piece suit on hire purchase in a range of fucking fabrics. Choose DIY and wondering who the fuck you are on Sunday morning. Choose sitting on that couch watching mind-numbing, spirit-crushing game shows, stuffing fucking junk food into your mouth. Choose rotting away at the end of it all, pissing your last in a miserable home, nothing more than an embarrassment to the selfish, fucked up brats you spawned to replace yourselves. Choose your future. Choose life… But why would I want to do a thing like that? I chose not to choose life. I chose somethin’ else. And the reasons? There are no reasons. Who needs reasons when you’ve got heroin?

Mark « Rent-boy » Renton: Now I’ve justified this to myself in all sorts of ways. It wasn’t a big deal, just a minor betrayal. Or we’d outgrown each other, you know, that sort of thing. But let’s face it, I ripped them off – my so called mates. But Begbie, I couldn’t give a shit about him. And Sick Boy, well he’d done the same to me, if he’d only thought of it first. And Spud, well okay, I felt sorry for Spud – he never hurt anybody. So why did I do it? I could offer a million answers – all false. The truth is that I’m a bad person. But, that’s gonna change – I’m going to change. This is the last of that sort of thing. Now I’m cleaning up and I’m moving on, going straight and choosing life. I’m looking forward to it already. I’m gonna be just like you. The job, the family, the fucking big television. The washing machine, the car, the compact disc and electric tin opener, good health, low cholesterol, dental insurance, mortgage, starter home, leisure wear, luggage, three piece suite, DIY, game shows, junk food, children, walks in the park, nine to five, good at golf, washing the car, choice of sweaters, family Christmas, indexed pension, tax exemption, clearing gutters, getting by, looking ahead, the day you die.

21 Grammes

21 Grammes
21 Grammes

Paul Rivers: How many lives do we live? How many times do we die? They say we all lose 21 grams… at the exact moment of our death. Everyone. And how much fits into 21 grams? How much is lost? When do we lose 21 grams? How much goes with them? How much is gained? How much is gained? Twenty-one grams. The weight of a stack of five nickels. The weight of a hummingbird. A chocolate bar. How much did 21 grams weigh?

Requiem for a dream

Requiem for a Dream
Requiem for a Dream

Harry Goldfarb: [on the phone] Marion… I’ve been thinking about you so much… are you okay?
Marion: When are you coming home?
Harry Goldfarb: Soon.
Marion: When?
Harry Goldfarb: Soon… you holding out alright?
Marion: Harry… can you come today?
Harry Goldfarb: Yeah…
[starts to cry]
Harry Goldfarb: I’ll come… I’ll come today. You just wait for me, alright?
Marion: Harry…
Harry Goldfarb: I’m coming back, Marion.
Marion: Yeah.
Harry Goldfarb: I’m really sorry, Marion…
Marion: I know.

Les Tontons Fligueurs

Les Tontons Flingueurs
Les Tontons Flingueurs

Raoul Volfoni:Non mais t’as déjà vu ça ? en pleine paix, y chante et pis crac, un bourre-pif, mais il est complètement fou ce mec ! Mais moi les dingues j’les soigne, j’m’en vais lui faire une ordonnance, et une sévère, j’vais lui montrer qui c’est Raoul. Au 4 coins d’Paris qu’on va l’retrouver éparpillé par petits bouts façon puzzle… Moi quand on m’en fait trop j’correctionne plus, j’dynamite… j’disperse… et j’ventile…

Fernand Naudine:Les cons, ça ose tout. C’est même à ça qu’on les reconnaît.

Paul Volfoni: Vous avez beau dire, y’a pas seulement que de la pomme, y’a aut’chose. Ça serait pas dès fois de la betterave, hein ?
Fernand Naudin:Si, y’en a aussi.

Sortir dans les bars et les boites de nuit de Las Vegas

Au mois de mai 2009, j’ai passé 3 nuits à Las Vegas. Je pensais avoir le temps de faire un petit poker, de tester les machines à sous et éventuellement les boites de nuit. En fait, ces dernières se sont révélées être si géniales que je n’ai rien fait d’autre!

Pour information, dans chaque hôtel de Las Vegas (parmi les gros, comme le Bellagio, le MGM, le Caesars Palace, le Luxor, etc.) , vous pouvez trouver en général un casino (poker / machines à sous / roulettes), un bar dansant, et une boite de nuit. Si vous vous débrouillez bien, en début de soirée, dans les rues de Las Vegas, vous pouvez récupérer des  entrées gratuites pour toutes les soirées des différents hôtels!

En 3 nuits, nous avons pu tester avec des potes 5 discothèques différentes:

  • Le Playboy Club et le Moon:
Playboy Club

Notre première soirée. Personnellement, je n’étais pas super chaud à l’idée d’aller à cet endroit (Situé dans l’hôtel Palms). Une boite de nuit Playboy, « mouais » me disais-je, si c’est pour se retrouver avec les lecteurs de ce magazine (tout en m’imaginant le vieux américain, chauve et obèse, tout suant devant une pin-up déguisée en lapin)… Ayant un pouvoir de persuasion apparemment assez limité auprès de mes 3 potes, nous entrons dans la file d’attente du club.

Arrivés devant les videurs, nous devons sortir nos passeports. Ils vérifient que nous avons bien 21 ans révolus. A 25 ans, ça parait flatteur! Mais non. C’est juste systématique, dans tous les endroits où de l’alcool est mis en vente. Un conseil donc, pour gagner du temps, préparez votre passeport, ouvert à la page de votre photo.

Nous arrivons devant une charmante vendeuse à la caisse. Re-vérification du passeport, et 20$ pour l’entrée. Elle nous colle un tampon sur le bras et nous explique que cela nous permet d’entrer dans 2 soirées. Ok. Direction l’ascenseur, qui nous amène en quelques secondes à une cinquantaine d’étages plus haut.

Grande salle pleine de machine à sous et de roulette. Merde, où est notre boite?! On prends une consommation, 12$ le cocktail. Des serveuses habillées en lapin playboy rose courent un peu partout. Elle sont jolies mais sans plus. Comme dirait Coluche, « Oui elles sont mignonnes, bon pas assez pour être speakerines, mais elles auraient bien pu faire marchandes de gaufres!« . On est quand même loin des pin-ups du magazine. Bon nous étions venus pour danser! Nous demandons donc au barman « Hey ouai’re zair’s heu roume waire éveuribodi déne’se? ».

Finalement nous devons redescendre en ascenseur, repasser une équipe de videurs, puis monter par un autre ascenseur. Le principe était de nous forcer à passer par une salle « casino » pour essayer de nous faire dépenser un peu d’argent. Mouais… Ça fait une promenade! Bref, nous arrivons enfin dans LA salle, qui est le Moon. Et là finit les déceptions: Un design travaillé, des serveuses plus que canons en tenues sexy, et surtout, une vue magnifique sur Las Vegas la nuit.


Au fond de la salle une belle terrasse, spacieuse, sur laquelle de nombreux vacanciers habillés chics admirent la vue et sirotent leurs cocktails.  Nous nous dirigeons vers eux. Surprise: au bout de la terrasse, le sol est transparent. L’impression de marcher dans le vide n’est pas au rendez-vous, mais j’ai rarement vu un  tapis aussi beau. La salle se remplit de plus en plus, le MC monte le son… et s’en suit une soirée sympathique.

Nous sommes d’abord surpris par l’immobilité des gens. La musique est forte, la salle bien remplie, et pourtant, personne ne bouge. Peu importe, nous sommes venus nous amuser: Nous dansons! Cela a le mérite d’amuser les américaines… Nous savons que nous restons peu de temps à Las Vegas. Vers 3h, nous décidons de changer d’ambiance: retour sur le Strip.

  • La RockHouse:

Une seule raison aura suffit à nous faire entrer dans la RockeHouse: 5€ l’entrée. L’établissement ne paie pas de mine, mais à ce prix là, nous nous lançons. Nous réalisons immédiatement que nous avons radicalement changé de milieu. Des tenues chics, nous passons aux baggys, baskets, t-shirts.  Des designs classes, et recherchés nous passons à des murs banals, noirs / gris un peu sales. Une danseuse asiatique en tenue légère se balance au milieu de la salle, dans un énorme pneu attaché à une chaîne. L’avantage: tout le monde danse. A faire en fin de soirée si l’on veut s’amuser un peu, mais il vaut mieux aller dans les nombreuses boîtes classes de la ville en priorité.

  • Le Coyote Ugly:
Coyote Ugly

Nous sommes passés rapidement dans ce bar, en référence au film du même nom, en tout début de soirée (19h).  Le principe: Des serveuses en tenues sexy font participer les clients (hommes et femmes, tous les âges) à différents jeux qui permettent de gagner des consommations gratuites. Pas mon genre de bars préférés, mais certains avaient l’air de s’amuser.

  • Le Beattles Revolution Lounge (Mirage)
Beattles Revolution Lounge

Bar / boîte au design très soigné, nous y avons passé un début de soirée (22h – minuit) très sympa. Ambiance classe mais décontractée, idéal pour boire un verre, et commencer à danser sur la piste en début de soirée.

  • Le Pure (la mieux!!)
Pure Nightclub

Boite de nuit du Caesar Palace, hôtel où nous résidions, c’est la boites la plus spacieuse de la ville dans laquelle nous sommes allés: 3 ou 4 salles en bas (mes souvenirs commencent à dater), et une très grande terrasse, très agréable, à l’étage. Dans chaque salle se joue bien sur une musique différente. Des spectacles de danse / cabaret sont donnés dans une des salles à des heures fixes. Nous y avons passé 2 très bonnes soirées! Au niveau des prix, de mémoire c’était correct, en dessous des prix parisiens: 7$ la bière et 10$ les consos « hard ». « The Best« ! 🙂

En mai 2010 je suis retourné à Las Vegas, où j’ai encore passé une très bonne soirée:

  • Le LAX
LAX Nightclub

Pour moi, la meilleure soirée que j’ai passé à Las Vegas, mais je dois avouer que j’y étais en très bonne compagnie.  Cela a pu affecté mon jugement 🙂
La boîte n’est pas aussi grande que le Pure, mais la salle de 2 étages est classe et la sono est de qualité. En essayant de me concentrer uniquement sur la boite de nuit, je dirai tout de même que c’est une des mieux à laquelle j’ai pu me rendre aux US. Ambiance assez semblable au Duplex de Paris. Niveau prix, il faut compter 10$ pour une conso classique, 15$ pour un vodka – redbull.

Des jolies filles toutes nues dans Paris!

Une super idée de Buzz Planétaire: filmer des nanas nues se promenant dans Paris.

C’est le présentateur de M6 Pierre Mathieu et le DJ Greg Kozo qui, par l’intermédiaire de leur groupe Make The Girl Dance, en sont à l’origine. Le titre s’intitule « Baby, baby, baby« , ce qui correspond au refrain de la chanson.

3 filles dénudées se relaient en parcourant la rue Montorgueuil à Paris, et en « chantant » à voix haute leurs envies. Des envies de garce, parce que c’est fashion. Leurs parties intimes sont masquées par des écrans noirs sur lesquels s’impriment en blanc les paroles de la chanson. La musique est simple mais efficace. Au final un clip bien tendance, qui cartonne.

Pour information Messieurs les apprentis réalisateurs, les demoiselles figurantes ont été recrutées tout simplement par le réseau social Facebook 😉

Jouer au tennis sur Paris

Roland Garros vous a donné envie de jouer l’apprenti Rafael Nadal (Peut-être pas lui cette année…) Roger Federer? Si vous habitez à Paris ou la région parisienne, de nombreux courts de tennis sont à votre disposition pour des prix très attractifs.

Jouez au tennis sur Paris!
Jouez au tennis sur Paris!
  • 6€50 pour des courts découverts, voir 4€ en tarif réduit*.
  • 12€50 pour les courts couverts, 7€ en tarif réduit*.

Il est aussi possible de prendre des cartes comprenant 10h de jeu. Les tarifs sont alors de:

  • 50€ pour les courts découverts, 28€ en tarif réduit* (soit 5€/h, ou 2€80/h ! ).
  • 100€ pour les courts couverts,  53€ en tarif réduit* (soit 10€/h, ou 5€30/h).

* Le tarif réduit est reservé aux habitants de Paris de moins de 26 ans.

Des coûts très réduits donc si l’on compare à la trentaine d’euros que demandent certaines salles de sport parisiennes comme Forest Hill pour 1h de jeu sur un court!

Pour accéder aux informations et aux réservations des différents courts de tennis disponibles, un site Internet a été mise en place: Paris Tennis. L’inscription sur le site est obligatoire mais elle est très rapide.

Une fois inscrit et identifié, vous pourrez choisir et quand vous souhaitez jouer. La liste des courts disponibles selon vos critères s’affichent alors. Attention tout de même, en période de beau temps, les courts sont souvent tous reservés. Deux petites astuces donc pour éviter de vous faire piéger:

  • La réservation des courts s’ouvre une semaine à l’avance. Il faut donc être le premier à réserver le court! Si vous souhaitez réserver un mercredi après-midi, il faut vous connecter sur le site le mercredi matin de la semaine précédente. De bonne heure, les courts sont très souvent disponibles.
  • Il n’est pas très pénalisant pour un inscrit de rater une réservation. Ainsi, souvent, si le temps se gate en milieu de journée, ou s’il y a des problèmes dans les transports en commun, vous pourrez être certains (Bon ou presque… 90% du temps d’après mon expérience personnel. Les 10% du temps restant, rentrez chez vous en footing pour vous défouler ;)) de trouver un court disponible sans avoir de réservation. Arrivez alors simplement 20 bonnes minutes avant le début de l’heure et présentez vous à l’accueil pour prendre le premier court de tennis libéré.

Pour ce qui concerne la qualité des terrains, j’avoue n’avoir tester que les courts de La Faluère, près du bois de Vincennes, qui sont en très bon état. La personne qui m’a fait découvrir ce site en a testé plusieurs autres sur Paris et n’a apparemment jamais été déçue.

Un bon plan!

Pitbull – Krazy

Je viens de découvrir qu’un autre titre de Pitbull passait en boite quand j’étais à Las Vegas!

Pitbull ft. Lil’ Jon – Krazy

Now Jump up let’s get Krazy…
Now Jump up let’s get Krazy…

In Paris get in Krazy! 😀

Si ça ne vous parle pas, alors il faut que alliez en boite de nuit à Las Vegas pour apprécier. Si si, ça pourrait même changer vos goûts musicaux! 🙂

Le Club Med World – Paris Bercy

J’ai fait quelques soirées dans cette boite de nuit parisienne, principalement le samedi soir. Pour ceux qui cherchent à l’essayer, voici mon avis:

  1. La salle:
    • Assez spacieuse, il est rare de manquer vraiment de place pour danser. Attention, il n’y a pas non plus 10m² par personne, mais pour une boite parisienne, on est « à l’aise« .
    • Autre point positif, il est possible de s’assoir sans avoir à payer de bouteille. Les tables et les chaises du restaurant restent en effet accessibles, à côté des toilettes. C’est pas la super classe mais c’est quand même sympa, surtout qu’il reste toujours des sièges libres. Pour ceux qui ont les moyens et qui préfèrent être en VIP, des banquettes sont disponibles derrière le bar.
    • Pour les exhibitionnistes, pas de pot par contre, aucun podium n’est présent dans la salle!
  2. Le bar:
    • Les barmaids/barmans sont souvent des pros! Si vous demandez plusieurs cocktails, ils vont faire sauter les glaçons, les bouteilles et les verres dans tous les sens. Ça en jette!
    • Attention: Un système de ticket a été mis en place. C’est assez particulier, et je n’ai pas encore saisi l’utilité de la chose. Il faut d’abord aller acheter des tickets à des caisses situées à chaque extrémité du bar. Ensuite seulement vous pourrez échanger ces tickets contre des consommations. Inutile donc de faire la queue directement devant le barman sans votre ticket, il ne vous servira rien!
    • Le redbull est une consommation à part entière! Un vodka/redbull compte ainsi pour 2 consos, soit 20€, ça fait un peu ch(i)er…
  3. La musique: Toutes les soirées du samedi soir que j’ai faite avaient beau avoir un nom différent (Lovely girl, le bal des célibataires, la nuit des rencontres, etc.), la musique ne changeait pas. Le club med world veut plaire à tout le monde, la musique est donc généraliste. En général, on ressent une forte dominance pour la house, le rap et le rnb. Un petit passage de 4 / 5 morceaux de musiques orientales intervient au cours de la soirée. Bref, il y en a pour tout le monde, mais il vaut mieux être hétéroclite pour s’eclater sans interruption. Pas de tektonick dans les parages, ça c’est cool.
  4. La moyenne d’âge: Les 20 / 25 ans dominent largement la salle. Les 26/30 ans sont tout de même aussi présents.
  5. Les prix: 20€ l’entrée avec une conso, 25€ avec 2 consos, et 31€ pour 3 consos.

En conclusion, une boite bien sympa dans laquelle on peut aller danser avec des potes ayant des goûts différents. A noter que pour ceux qui habitent dans le sud de la région parisienne, cette boite est géographiquement bien située.


Bercy-Village – 39, Cour Saint Emilion Paris 12ème
Métro (ligne 14) : Cour St Emilion
Parking Bercy Saint Emilion à proximité (6 euros la nuit de 19h à 5h du matin)
Accès par la porte de Bercy puis Paris Centre

Film à voir: Let’s make money

Un film est sorti en salle mercredi 15 avril: Let’s make money.

Let's make money
Let's make money

Vous pouvez regarder la bande annonce en cliquant ici.

Ce documentaire, réalisé par Erwin Wagenhofer, montre les dérives du système libéral et de la dérèglementation financière. Malgré le fait qu’il ne soit pas très objectif, il mérite d’être vu.

Il ne passe malheuresement que dans très peu de salles. Pour information, pour ceux qui habitent sur Paris, je suis allé le voir à l’UGC des Halles, dans une salle toute petite mais pleine à craquer.